La Généralisation De L'arnaque Au Prêt Rapide

La Généralisation De L'arnaque Au Prêt Rapide

Avec l'avènement des plate-formes de financement participatif sur le continent, un ingénieux modèle d'escroquerie s'est rependu sur le net par le biais des forums communautaires et dans les messageries électroniques : de prétendus prêts en ligne délivrés en un rien de temps, sans apport, zéro garanties et par des individus se présentant comme des particuliers cherchant à investir leur argent. Nous parlons bien évidemment d'une tentative d'escroquerie, mais la masse de spam sur pages en dit long sur l'importance du phénomèNe pas tomber dans le pičge des arnaques au faux pręt rapide. Ainsi, un nombre important de particuliers se sont fait dérobés du fait de cette arnaque.

La logique de l'entonnoir

Attirer l'attention de sa victime avec une proposition de financement intéressante

L’escroquerie au crédit est présentée sous la forme d'une trame plus ou moins crédible. Du point de vue de l'escroc, il s'agit d'une phase essentielle car il sent que la réussite de sa tromperie est en grande partie conditionnée par la croyance ou non en son histoire. S'il veut faire venir la plus importante quantité de personnes possibles, il écrit et publie une annonce sur des plateformes avec beaucoup de fréquentation comme les forums ou les réseaux sociaux. Certaines pages très populaires ne contrôlent pas les sections de commentaires accessibles par tout le monde, ce qui en fait un lieu privilégié des arnaqueurs.

D'abord, l'escroc se présente en tant que personne qui dispose d'un héritage qu'elle souhaite faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très compétitif. Par moments, il prend l'identité d'un retraité qui désire se passer de la Banque dans le but de montrer l'image d'un homme philanthropique qui aspire à faire évoluer positivement la société. Cette stratégie poursuit un objectif précis : jouer sur la détresse financière des gens crédules en tentant de leur faire croire qu'un crédit est envisageable, même avec peu de revenus. Il prétend pouvoir leur accorder un emprunt, même s'ils ont déjà des crédits à rembourser. Une fois le dossier accepté, notre escroc promet d'envoyer l'argent dans un délai record avec des durées de remboursement pouvant monter jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il est évident pour la plupart des lecteurs que des offres de ce genre sont improbables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent tomber dans le piège du fait de cette illusion de prêt rapide qui les aveugle.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur internet, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec un peu de créativité. C'est ainsi qu'agissent les escrocs au crédit en créant intégralement un faux personnage qui collera au mieux avec leur scénario. Pour commencer, ils s'efforcent à donner un état-civil qui sonne français à ce faux profil. Donc pas de noms étrangers qui pourraient faire fuir certaines personnes. La victime doit avoir le sentiment que l'investisseur est établi tout près. Dans un scénario bien pensé, le faux prêteur peut prendre l'identité d'une personne âgée ou fraîchement retraitée. Certains vont jusqu'à exiger des documents justificatifs de paie à sa future victime, d'autres lui demandent de répondre à des questions sur son travail. Pour hausser un peu plus sa crédibilité, l'escroc ira jusqu'à créer de multiples faux profils qu'il utilisera pour mettre en ligne de fausses recommandations qui auront pour but de vanter le sérieux de la proposition.

Accepter chacune des demandes

Une fois que la personne ciblée est persuadée du sérieux de son interlocuteur, notre faux prêteur peut maintenant passer à l'étape supérieure. Il explique qu'il valide son dossier de d'emprunt, mais réclame en retour le versement de frais divers par mandat pour boucler définitivement la demande. Ces frais peuvent représenter quelques centaines d'euros et viennent compenser le temps passé par le faux prêteur à analyser la demande. Les frais divers sont, d'après lui, strictement nécessaires pour libérer le crédit. Si la victime paye, le faux prêteur lui exigera ensuite de s'acquitter d'une prime d'assurance de crédit obligatoire. Bien sûr, le demandeur ne verra jamais son prêt arriver et l'escroc récupérera les mandats avant de se volatiliser.


Comment prévenir de telles pratiques ?

En France, tout le monde n'a pas l'accréditation pour accorder un emprunt et le crédit entre particuliers reste un secteur réglementé. Si un individu ou un groupe fait la promotion de services financiers en ligne, le site doit obligatoirement afficher ses informations légales et ses conditions générales. Pour obtenir le statut de société de crédit, chaque organisme se doit d'être en possession d'un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel et d'une inscription à l'ORIAS. Chaque site de prêt entre particuliers doit obligatoirement être en possession de ces autorisations, auquel cas il s'agit sans doute d'une tentative d'escroquerie.

De plus, il ne faut pas oublier que les délais d'obtention d'un crédit ne sont pas si rapides et qu'il faut compter quinze jours avant l'obtention des fonds sur son compte bancaire. Et même si un individu était en possession d'argent à placer ainsi, il ferait une profonde et longue analyse de tous les dossiers avant de sélectionner les plus solides.
En tout état de cause, un organisme ne délivrerait pas un quelconque prêt (immobilier, personnel ou à la consommation) à un individu inscrit au FICP de la Banque de France pour impayés.
f t g